Conseils

Les conseils sont souvent dispensés en complément d’un soin, afin de prévenir plutôt que de guérir.

Ils peuvent concerner :

  • La gestion du stress et des émotions
  • L’hygiène de vie en générale
  • La communication (interpersonnelle)

L’offre « Conseils » consiste en une aide relevant :

  • soit de l’analyse et la conscience de soi, de méthodes de communication et de l’apport de points de vue autour de la problématique permettant de changer les comportements réactionnels face aux obstacles de la vie.
  • soit de techniques de gestion du stress et des émotions à pratiquer au quotidien et des conseils personnalisés pour y parvenir.
  • soit de conseils en hygiène de vie et développement personnel sur une problématique de vie particulière (insomnie, anxiété, maux de tête, inconforts digestifs, etc…).

Des techniques adaptées à votre situation, autant aux facteurs internes et externes qui vous sont difficiles, vous seront proposées.

Il y a de très nombreuses façons d’aborder cette problématique, et il est généralement assez facile, de ce fait, de trouver parmi elles, celles qui vous conviennent le mieux :  des respirations, des états modifiés de conscience, des moyens efficaces d’extérioriser directement ou indirectement vos émotions, des façons de reconnaître et d’interrompre les différents type de processus mentaux qui mènent à leurs émotions respectives, des astuces pour revenir dans votre corps quand votre mental devient envahissant, des moyens indirects d’agir sur la physiologie de vos émotions (alimentation, pharmacopée douce, sport adapté, etc…) ou encore des techniques pour gérer socialement vos émotions ou votre rapport à celles des autres,…

Le soin de l’hygiène de vie a bien sûr une visée préventive ou complémentaire à un traitement, mais a aussi pour but d’améliorer la qualité de vie subtile et d’augmenter  l’espérance de vie en bonne santé. De nombreux domaines peuvent être abordés la concernant pendant une séance : l’alimentation, le sommeil, l’environnement (qualité de l’air, pollutions électromagnétiques, etc…) ou encore la pharmacopée sous diverses formes (diffusions, tisanes, extraits, etc…) sont des sujets centraux.

L’ayurveda peut ici tout à fait orienter le suivi en fonction de la prise de pouls et de l’observation de votre état de santé en général.

L’ergonomie est relativement connue mais est rarement suivie au quotidien. Souvent apprise professionnellement pour des gestes précis, l’ergonomie n’est pas enseignée sous forme de principes à appliquer dans chaque mouvement. Qui prends le temps de réfléchir à sa manière de prendre un objet et en fait une nouvelle habitude moins stressante pour le corps et qui épargnera ses articulations ?
 

La biomécanique fonctionnelle est abordée dans un aspect concret afin de pouvoir rendre un patient autonome, en comprenant pourquoi il peut ou non faire certains gestes. Avec cette rééducation, et de l’entraînement à l’écoute de son propre corps, le patient a alors tous les outils pour trouver de nouvelles solutions pour devenir indépendant et se mouvoir en toute sécurité. Divers exercices de biomécanique guidés peuvent donc être proposés tout au long de la séance afin de pouvoir les pratiquer correctement et en toute sûreté par la suite (respirations, mouvements ergonomiques, synchronisation des gestes entre eux ou avec la respiration, auto-massages, décompressions articulaires, musculations adaptées à la morphologie, etc…).

Cette discipline peut également s’appliquer dans de nombreux cas particuliers, par exemple permettre une circulation correcte de l’énergie bloquée par une posture inadaptée ou des tensions cachées.
 

Ces conseils sont très souvent liés à ma pratique du reboutement dont je parle dans la section soutien physique de la page dédiée.

Des conseils pour améliorer, affiner et étendre sa conscience peuvent être proposés lors d’une séance. En effet, de courts exercices peuvent être très efficaces de par le fait qu’ils s’insèrent dans le quotidien et de par leur régularité. L’écoute de son corps, la micro-méditation et la méditation active, certaines respirations,… sont très efficace dans ce but ainsi que pour faciliter et améliorer les résultats des futures séances.

Une fois l’écoute du corps et de l’esprit bien intégré, la disponibilité émotionnelle et sociale est bien plus facile à vivre et à communiquer. Cependant, certains outils ou ensemble d’outils, comme la Communication Non Violente, peuvent être de très bon guides pour structurer sa façon de communiquer, permettre une expression plus authentique et une écoute plus empathique, mais aussi une écoute de soi-même davantage bienveillante et travailler sur son état d’être et non seulement sur ses actions.

Qu’est-ce que le comportementalisme humain ?

Le comportementaliste humain est un analyste du comportement utilisant les sciences du comportement et les neurosciences. Il observe certains gestes, certaines postures et mimiques afin de cerner l’état émotionnel, les intentions et la véracité des propos de son interlocuteur. Il peut également observer des profils psychiques et comportementaux et s’y adapter. Fondé notamment sur les travaux scientifiques de Paul Ekman, et sur les travaux cliniques et statistiques de Joseph Messinger, le comportementaliste utilise de nombreux enseignements basés notamment sur les principes de la psychologie somatique (psycho-anatomie, morphopsychologie, PNL, synergologie, etc…).

Je pratique pour ma part une compilation de méthodes associées à un état d’être particulier, ayant pour but de privilégier entre autre l’état de réceptivité, de non-jugement et d’humilité. L’objectif est de rester ouvert, pour pouvoir découvrir des indices utiles pour la suite de la séance. En effet, le corps exprime parfois le langage inconscient et permet de poser des questions, proposer des pistes plus pertinentes. Si la problématique concerne la communication, alors des conseils concernant comment certains gestes ou postures sont perçues et comment les remplacer naturellement au automatiquement peuvent être donnés.

Qu’est-ce que le comportementalisme humain n’est pas ?

Le comportementaliste n’est pas un mentaliste. Placé en tant que thérapeute, il ne se permet pas d’analyser ce qui pourrait porter atteinte à l’intimité du patient. Il ne trompe ou ne manipule pas et n’utilise aucune technique de lecture froide, qui serait contraire à son but, c’est-à-dire saisir en profondeur qui il a en face de lui. Il ne surveille ni ne juge aucunement chaque geste et postures. Il n’est pas une machine à détecter les mensonges et n’en fait pas une obsession. Bien qu’il puisse également se préoccuper du comportement des animaux, le comportementaliste humain n’est pas un « comportementaliste », qui est un titre associé à l’analyse et le soin du comportement animal.