Reboutement

Le reboutement est une technique qui consiste à remettre les os et/ou les organes « bout à bout ». Il s’agit également de remettre les nerfs et dénouer les muscles.
Le reboutement soigne – entre autres – les maux de dos, les lumbagos, les entorses et les luxations, les migraines, les douleurs chroniques, les maux de ventre…

Le rebouteux (appelé aussi parfois renoueur ou rebouteur) est simplement un guérisseur soignant ses patients par le toucher de manière intuitive. Il développe principalement son sens kinésique et est à l’écoute des signaux subtils de son corps et de celui du patient.

Ce faisant, le rebouteux développe des techniques variées, complètes et synergiques. Parfois perdues par le temps et la réputation, certaines approches rebouteuses ont été redécouvertes dans notre culture par l’Asie, d’où on a rapporté notamment le shiatsu, la réflexologie et la digitopuncture qui existent pourtant encore aujourd’hui sous une forme propre dans le reboutement. L’approche thérapeutique de chaque rebouteux dépend des enseignements qu’il a pu avoir et de qui il est. Ainsi, comme un ostéopathe, il peut traiter de manière très directe ou ne sembler qu’apposer les mains, ou sait peut-être adapter ce style en fonction des troubles de son patient. De même, un rebouteux ne maîtrise pas forcément toutes les approches complémentaires, et parfois seulement une partie du reboutement (articulaire, viscéral, etc…).

Le rebouteux a pu apprendre par une transmission familiale, de maître à élève, ou simplement avoir un don qui se développe au fur et à mesure de sa vie et de sa pratique. Le reboutement a inspiré la création de l’ostéopathie et de l’étiopathie (les étiopathes sont aussi connus sous le nom de « nouveaux rebouteux »). Certains rebouteux connaissent d’ailleurs également des techniques de manipulations équines et canines (et possiblement pour n’importe quel vertébré).

Le reboutement a cependant continué à exister sous sa forme première car la pratique reste fondamentalement différente de l’ostéopathie. Dans les disciplines précitées, le cadre est l’élément autour duquel tout s’articule : une méthode optimisée est faite selon des principes. En effet, s’il existe des notions essentielles communes, il n’y a pas dans le reboutement de méthodes fixées à l’avance. Cependant, si cette absence de cadre peut effrayer, elle est en fait un réel avantage : le rebouteux se base sur son senti et son intuition pour chaque soin et chaque évaluation et manipulation physique. Il recrée le cadre et la méthode adaptée pour chaque patient à chaque moment. Il s’adapte également au contexte de soins et de vie du patient d’une manière qui lui est propre. Cela signifie concrètement qu’un rebouteux ne fera presque jamais deux fois la même technique, bien qu’il utilise fréquemment des variantes et des mélanges qui lui sont personnels et qui constituent la richesse de sa pratique.

Souvent très mal connu voire confondu avec d’autres thérapies non conventionnelles, le nom de rebouteux a été utilisé souvent de manière très péjorative. Le reboutement ne consiste pas en une influence du patient par des techniques mystiques. Le renoueur n’est pas un gourou, un magicien ni un marabout. Il n’est pas non plus un guérisseur « de campagne » qui improvise des traitements médicaux ou des cataplasmes. Il ne réalise aucun traitement au hasard et s’arrête lorsque le problème dépasse ses compétences. Le rebouteux n’est pas un chiropracteur : la pratique est différente. Il ne s’agit pas non plus d’une brute qui « remet » en force. Le rebouteux n’utilise normalement pas de produits pour soigner, mais certains utilisent une matière grasse (comme du saindoux par exemple) pour les massages ou les échauffements articulaires avant manipulation. De nos jours, il est plus courant que certains utilisent l’aromathérapie ou la phytothérapie en soutien de leur pratique, bien que cela ne soit pas du reboutement à proprement parler.

  • Reboutement articulaire, viscéral et crânien (mal de dos, troubles digestifs et maux de ventre, règles douloureuses, mauvaise assimilation, maux de crâne, douleurs/pertes de mobilité articulaire, luxations et entorses, capsulites, lumbagos, hernies, suites traumatiques et/ou opératoires par exemple insensibilité ou œdème post-opératoire, certaines déformations du squelette, crampes « mécaniques »,…)
  • Dénouage musculaire et dénouage nerveux  (douleurs aiguës ou chroniques, blocages, lourdeurs physiques, crampes aiguës,…)
  • Points de pressions fonctionnels et énergétiques rebouteux (blocages mécaniques, psychosomatiques, émotionnels et énergétiques,…)
  • Balance des pressions et équilibres internes (maux de crâne chroniques, « battements » musculaires/nerveux, « battements » oculaires, déséquilibre des fluides, certains vertiges,…)
  • Magnétisme passif (perte d’énergie, tissus mous peu réactifs à d’autres traitements, fatigue due à un traitement lourd,…)

Les massages rebouteux sont pratiqués assis ou couché, avec ou sans huile biologique et ont généralement un but de : drainage favorisant la circulation sanguine et lymphatique, soutien à l’élimination des toxines, soulagement des douleurs/lourdeurs ne partant pas aux massages classiques, stimulation musculo-squelettique,…

Le soutien physique est un suivi régulier à l’égard de tout individu souhaitant retrouver, conserver ou améliorer sa forme physique et ses performances.

Il concerne essentiellement les sportifs de haut niveau, les travailleurs de force ou les patients en complément d’une rééducation médicale, notamment suite à des traumatismes corporels ou des troubles mécaniques, mais peut aussi servir de soin purement préventif.

Ce type de suivi permet notamment : de réduire le risque de blessure quant aux efforts violents, de rééquilibrer et d’optimiser la posture et les corps énergétiques afin d’augmenter l’endurance et la puissance du corps, de maintenir et ajuster la statique au fur et à mesure d’un entraînement ou d’une rééducation, afin de réduire les risques de problèmes à long terme et préserver l’intégrité structurelle. Un accent tout particulier est porté sur la mobilité articulaire et l’élasticité des tendons et ligaments.

Des conseils en ergonomie et biomécanique fonctionnelle y sont intégrés.

Le reboutement animal que je vous propose est valable pour tous les animaux vertébrés domestiques à condition que :

  • le cabinet donne un accord préalable et une estimation du prix au cas par cas selon divers critères (espèce, carrure, comportement, etc…). En cas de doute, contactez-moi !
  • l’animal soit calme et tenu par son maître pendant l’intégralité de la séance.
  • l’animal pèse un poids raisonnable, des frais supplémentaires peuvent  s’ajouter pour tenir compte de la pénibilité du travail.
  • tout équipement de protection nécessaire (ou jugé nécessaire par le cabinet) pour approcher et soigner l’animal soit fourni par le demandeur de l’offre.
  • Technique spéciale d’évaluation physique par le toucher et l’énergie
  • Techniques de maintien structurel (« pansement rebouteux »)
  • Action en arborescence sur les viscères (et sur la « clé de voûte viscérale »)
  • Techniques simultanées (« l’araignée » et les « contre-résistances réactionnelles »)
  • Reboutement énergétique